illustration
Ecole de Provence
illustration

Aux Parents des élèves de Provence

13 janvier 2012

Le point sur l’épidémie de gale

Après la découverte des cas de gale au lycée nous avons pris contact d’une part avec la médecine du travail et d’autre part avec le médecin scolaire.

Le document qui fait référence est celui de l’Institut de Veille Sanitaire : « épidémie de gale communautaire ».

Celui-ci fait mention de 7 points d’ajustement ; les principaux concernant l’établissement ont été appliqués.

Nous vous rappelons que si vous avez été ou êtes en contact avec des personnes contaminées et que vous pensez reconnaître sur vous les symptômes de la gale, vous devez consulter. Le retour dans l’établissement sera soumis à la production d’un certificat médical attestant d’une réintégration possible.

Les cas avérés, après consultation et traitement médical, ont été autorisés après certificat de non contagion de leur médecin à réintégrer l’établissement.

Les élèves concernés ne sont pas demi-pensionnaires et aucun d’entre eux ne pratique d’activités sportives à l’intérieur de l’établissement.

Toutefois, par mesure de précaution, un traitement spécifique est appliqué aux points de contact (locaux, mobilier, poignées…). Les éléments composés de tissus subissent eux aussi un traitement désinfectant.

C’est ensemble que nous arriverons à vaincre cette épidémie. Merci d’aider vos enfants à être vigilants sans céder à l’affolement.

P. Sevez s.j.

11 janvier 2012

La gale s’est invitée au Lycée.

La gale est la dermatose parasitaire prurigineuse contagieuse qui est liée à la colonisation de la couche cornée de l’épiderme par des sarcoptes scabieri var hominis (acarien). La transmission se fait essentiellement par contact direct étroit (95%) mais peut également subvenir de manière indirecte par le biais de l’environnement (linge, literie…)

L’incubation est de 8 à 21 jours. Les symptômes cliniques sont dominés par un prurit à recrudescence nocturne qui conduit parfois à des lésions de grattage.

Plusieurs cas de gale ont été recensés au Lycée, principalement localisés en terminale.

Sans pour autant s’alarmer, il convient de prendre des mesures afin d’éviter la transmission de l’acarien.

Si d’aventure, votre enfant a ou a été en contact avec les classes concernées et si vous pensez reconnaitre sur lui les symptômes de la gale, il conviendra de consulter.
Le traitement (voies locale et générale) est rapide (environ 48 h) et efficace.
La connaissance des cas avérés est fondamentale. Elle permet de mener des actions efficaces visant à rompre la chaine de transmission.
Aussi vous demanderai-je de me faire remonter l’information.

La gale n’est pas une maladie honteuse. C’est une maladie cosmopolite et contagieuse, c’est une maladie à " éclipse ". Elle réapparaît périodiquement.

Henri MICOL
Préfet du Lycée