En attendant Pâques

article dans sa langue originale

Amour me tient

Où sont les joies de vert printemps
Quand neige et nuit en s’en allant
Ouvrent les feuilles ?
Flétri comme un mauvais chiendent
Que nul ne cueille,

Amour me tient sur l’arbre en croix
Fleuri de rouge au coeur, aux doigts,
Oh ! c’est merveille.

Où sont les cris de clair été
Quand le vent fou marie les blés
Dans la lumière ?
Muet comme un ruisseau séché
Dessus la pierre,

Amour me tient...

Où sont les chants d’automne sourd
Quand le sang vient battre tambour
Aux lèvres closes ?
Plus éclaté que grain trop lourd
Où mort se pose,

Amour me tient..

Où sont les feux de long hiver
Quand cendre et braise aux froides chairs
Redonnent force ?
Glacé de givre jusqu’aux nerfs
Dessous l’écorce,

Amour me tient....

Viendront les jours que rien ne meurt
Oiseaux ni fruits, poissons ni fleurs
En autre monde
Dessus les os criblés de pleurs
Au trou des tombes.

Amour naîtra de l’arbre en croix
Rubis et or au front, aux doigts,
Tout est merveille.

Didier Rimaud,
« Les arbres dans la mer », DDB, 1975, p. 175.)

Mis à jour le lundi 16 mars 2009