Le surpoids des enfants favorisé par un manque de sommeil ?

article dans sa langue originale

Une étude canadienne montre que le manque de sommeil chez les enfants augmente le risque d’excès de poids. Un sommeil trop léger a aussi d’autres conséquences néfastes chez l’adolescent.

Des chercheurs de la Faculté de Médecine de l’Université de Laval, au Canada ont recueilli des informations concernant le poids, la taille et la taille vestimentaire auprès d’un échantillon de 422 écoliers de 5 à 10 ans.

Le calcul de l’indice de masse corporelle de chaque enfant a révélé que 24% des filles et 20% des garçons étaient en surpoids. Les enfants passant moins de 10 h à dormir ont 3,5 fois plus de risques de développer un surpoids que ceux dormant plus de 12 h par nuit.

La principale hypothèse des chercheurs pour expliquer ce phénomène est la diminution de production de leptine par le corps humain lors d’un manque de sommeil. Cette hormone stimule le métabolisme et procure une sensation de satiété.

Entre 1960 et 2000, le nombre de personnes souffrant d’obésité a doublé au Québec, tandis que le nombre moyen d’heures de sommeil a diminué de 2h. Cette étude montre de façon plus précise les relations existant entre ces 2 phénomènes.

Adolescents et nuits … presque blanches

Le manque de sommeil n’a cependant pas uniquement des conséquences néfastes pour le poids. D’après la National Sleep Foundation, aux Etats-Unis, il altère aussi le fonctionnement de tout l’organisme. Le suivi par cette institution de près de 1.600 adolescents donne un aperçu inquiétant de la problématique, chiffres à la clé :

  • au moins une fois par semaine, 28 % des adolescents interrogés s’endorment en classe, 22 % à la maison en faisant leurs devoirs et 14 % arrivent en retard à l’école ou ratent les cours, en raison d’un manque de sommeil
  • 28 % des adolescents avouent qu’ils sont trop fatigués pour faire de l’exercice
  • 90 % des parents estiment que leurs enfants dorment suffisamment
  • les adolescents qui dorment peu ont des résultats scolaires nettement moins bons que ceux qui dorment la quantité optimale de sommeil
  • parmi les adolescents qui se sentent nerveux, malheureux et stressés, 73% déclarent ne pas dormir suffisamment ;
  • 76 % des adolescents regarderaient la télévision dans leur chambre, 44 % surferaient sur Internet et 40 % discuteraient avec leurs amis au téléphone ;
  • 75 % des adolescents affirment boire au moins une boisson riche en caféine par jour.

La faute à… ?

L’électronique a envahi la chambre à coucher et rares sont les enfants qui ne consomment pas aujourd’hui d’écrans (télévision, console de jeu, Internet) le soir dans leur chambre, souvent à l’insu de leurs parents.

La consommation de boissons sucrées et caféinées (de type colas et thés glacés) a également explosé chez les jeunes au cours de ces 20 dernières années. Or, on connaît de longue date les effets négatifs de la caféine sur la qualité du sommeil.

Enfin, l’horloge biologique est également en cause, en particulier chez les adolescents. Ils ont en effet naturellement tendance à se coucher tard et à vouloir faire la grasse matinée. Dans ce sondage, 54 % adolescents allaient se coucher bien après 23h … pour se lever vers 6h30 et prendre le chemin de l’école.

Des chiffres qui méritent sûrement d’être médités par tous les parents…

Mis à jour le lundi 6 avril 2009