Présentation de la Banque Alimentaire

article dans sa langue originale


En 1984, face à la montée de la pauvreté, plusieurs associations caritatives se réunissent pour créer la première Banque Alimentaire française à Paris. Aujourd’hui, les 79 Banques Alimentaires françaises, départementales ou régionales, couvrent pratiquement la totalité du territoire. Associations loi 1901 à but humanitaire, non gouvernementales, apolitiques et non confessionnelles, elles sont regroupées au sein d’une Fédération qui a pour mission de coordonner leurs actions, d’animer le réseau et de les représenter auprès des pouvoirs publics et des partenaires nationaux. Sur le même principe, des Banques Alimentaires se sont développées dans plus de 12 pays d’Europe et regroupées en fédérations nationales. Ces dernières sont réunies au sein de la Fédération Européenne des Banques Alimentaires, FEBA.

Leur Charte stipule que les Banques Alimentaires collectent, gèrent et partagent des denrées alimentaires pour aider l’homme à se restaurer. Leur action se fonde sur la gratuité, la lutte contre le gaspillage, le don, le partage, le bénévolat et le mécénat.

Les Banques Alimentaires collectent gratuitement des denrées auprès de plusieurs sources d’approvisionnements :

  • Les producteurs donnent des fruits, des légumes, du lait...
  • L’industrie agroalimentaire donne toutes sortes de produits : secs, congelés, réfrigérés, en conserve...
  • La grande distribution donne quotidiennement les produits retirés des linéaires avant la date limite de consommation.
  • L’Union Européenne donne, par l’intermédiaire du Programme Européen d’aide aux plus démunis (PEAD) des produits céréaliers et laitiers.
  • L’Etat donne par l’intermédiaire du Programme National d’Aide Alimentaire (PNAA) des produits carnés, des fruits, des légumes…
  • Le grand public donne, à l’occasion de collectes dans les grandes surfaces, des denrées non périssables.

Les Banques Alimentaires trient, gèrent et stockent ces denrées dans leurs entrepôts dans le plus grand respect des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire. Les équipements nécessaires (chambres froides, camions frigorifiques,...) sont financés, comme les frais de fonctionnement, par des subventions des collectivités, des dons d’entreprises, de clubs services et de particuliers ainsi que par les participations de solidarité versées par les associations distributrices. Certains collaborateurs ont la qualité de Responsables Hygiène et Sécurité alimentaire. Ils ont été formés pour contrôler la qualité de chaque produit collecté et distribué, informer et former les collaborateurs de la Banque Alimentaire matière d’hygiène alimentaire. En lien avec les administrations (vétérinaires, fraudes, santé ...), les responsables GMS et les associations, ils accompagnent, conseillent et participent au contrôle des installations techniques des associations conventionnées distributrices.

Les Banques Alimentaires partagent les denrées collectées avec un réseau de 4890 associations et organismes sociaux de proximité. La mission de ces associations et organismes sociaux est d’accompagner les personnes en situation de précarité pour qu’elles retrouvent leur place au sein de la société. L’aide alimentaire est un moyen d’y parvenir. Elle est pratiquée sous des formes variées : repas, colis, distribution accompagnée dans les épiceries sociales, etc. Banques Alimentaires, associations, organismes sociaux, CCAS, travaillent ensemble, grâce à une convention de partenariat modernisée, et réfléchissent en permanence à mieux partager leurs actions innovantes afin de placer la personne accueillie au centre du processus. Pour accompagner cette aide, les Banques Alimentaires proposent aux associations des modules de formation et des ateliers pédagogiques centrés sur la sécurité alimentaire, les principes nutritionnels et l’écoute. De leur côté, les associations proposent des formations à la nutrition, à la confection de repas, à l’élaboration d’un budget, etc.

Mis à jour le lundi 30 mars 2009