illustration
Ecole de Provence
illustration

Sibell des produits qui ont la patate

Plus de cinquante ans après sa création à la Ciotat un beau jour de 1956, Sibell se taille aujourd’hui l’une des plus belles parts du marché du snacking. Alors que les Français en sont de plus en plus friands - puisqu’ils en consomment pas moins de 1,2kg par an et par habitant - les chips siglées Sibell se distinguent par leur ancrage volontairement local. Sels fins venus des bassins des Salins de Giraud dans les Bouches du Rhône et d’Aigues-Mortes dans le Gard, herbes de Provence récoltées à Trets, thym citron naturel, certifiées sans trace d’OGM... c’est cela aussi faire du développement durable. Un positionnement dont est très fier son directeur commercial, Gilles Benkemoun. D’autant que l’incendie qui a ravagé l’été dernier le site de la production, n’a en rien entamé la dynamique de conquête de la société. Référencée désormais par AutoGrill et Casino, Sibell a de beaux jours devant elle. Le référencement devrait s’étendre bientôt aux pétroliers et à la distribution automatique.

Parallèlement, l’entreprise continue de développer ses gammes. Chips campagnardes, à l’ancienne, chips rôtisserie, chips bleues (à partir de la Vitelotte, naturellement bleue), et les incontournables chips zéro et light sont agrémentées début juin par 3 nouveaux produits : la Sibell bio light, la Sibell au Wasabi et celle à la truffe . Encore cantonnée à la seule région Paca il y a cinq ans, la marque est désormais présente en Belgique, en Italie, en Espagne, en Afrique, à Malte, en Israël, au Mexique et au Canada. Et elle ne compte pas s’arrêter là.

De quoi atteindre en tout cas ses objectifs de croissance de chiffre d’affaires. Il devrait progresser sensiblement passant de 21 M€ en 2008 à 24M€en 2009.

La lettre du Business - Hors série n°42 - Juin 2009