illustration
Ecole de Provence
illustration

Attentats : la minute de silence à Provence

Après avoir écouté "Candle in the wind" interprétée par le Père Noël Couchouron s.j. au piano, le communiqué commun aux 4 établissements jésuites du Sud de la France a été lu par le Père Sevez s.j.

En écho aux commentaires faits par le chef d’établissement sur l’aurore et l’aube, Monsieur Joêl Pandelon a lu le texte de Saint François d’Assise :

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix !
Là où il y a de la haine, que je mette l’amour.
Là où il y a l’offense, que je mette le pardon.
Là où il y a la discorde, que je mette l’union.
Là où il y a l’erreur, que je mette la vérité.
Là où il y a le doute, que je mette la foi.
Là où il y a le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où il y a les ténèbres, que je mette ta lumière.
Là où il y a la tristesse, que je mette la joie .

O Seigneur, que je ne cherche pas tant
à être consolé...qu’à consoler
à être compris...qu’à comprendre
à être aimé...qu’à aimer

Car
c’est en donnant...qu’on reçoit
c’est en s’oubliant ...qu’on trouve
c’est en pardonnant...qu’on est pardonné
c’est en mourant...qu’on ressuscite à l’éternelle vie.

Après une minute de silence, les lycéens du P.A.S. ont ensuite joué "Imagine" pendant que chacun pouvait aller coller le Post-It qu’il avait reçu durant la matinée, lorsque les Préfets des Études sont passés, classe par classe pour écouter, discuter avec les élèves de leur Préfecture, comme beaucoup de classe ont pu le faire avec leurs enseignants durant cette journée après les attentats de Paris.

Les VIDEOS de ces moments