illustration
Ecole de Provence
illustration

Bugarach 2012

Le message de l’Eglise catholique de l’Aude

Le « phénomène Bugarach » ne manque pas d’interroger l’Eglise Catholique. Effet d’optique ? Coup médiatique ? En fait, nous pouvons entrevoir dans cette ruée vers le sommet des Corbières une angoisse persistante face à la mort, ainsi qu’un désir d’en être sauvé.

Pour délivrer une parole de foi, le diocèse de Carcassonne et Narbonne utilise l’outil internet et propose un diaporama diffusé sur Youtube. Sans prétention aucune, mais en toute sincérité, nous voulons rappeler avec un brin d’humour que « la fin du monde a déjà eu lieu » ! C’est pour nous l’événement unique du matin de Pâques, là où celui qui était mort, Jésus, nous révèle la vie éternelle.

L’irrationnel peut emporter le regard critique de l’homme dans des directions paradoxales : le divin se cache-t-il dans des sources, des pierres, des astres ? Nous affirmons que la foi n’est pas affaire d’angoisse, mais chemin de confiance. La vidéo postée sur internet veut simplement rappeler que même au cœur de civilisations à bout de souffle, il n’est nul besoin de se faire peur.

Nous espérons qu’au matin du 22 décembre, les déceptions inévitables n’emporteront pas dans la spirale du dépit ceux qui passeront la nuit à Bugarach. Et nous invitons tous les hommes de bonne volonté à fêter le monde nouveau dans la veillée du 24 au 25 décembre : un enfant est né, Dieu nous est donné !

Abbé Luc Caraguel, vicaire général.
Association diocésaine de Carcassonne