illustration
Ecole de Provence
illustration

Gaston Crémieux : le Procès au cinéma Les Variétés

Sur une proposition de la commission culture de l’Ordre des Avocats du Barreau de Marseille
En partenariat avec le cinéma Les Variétés
GASTON CRÉMIEUX, Le Procès
Film réalisé par Ponts Bleus Productions (2012 - 1h30)

Gaston Crémieux : le Procès

SÉANCE UNIQUE Mardi 22 Mai à 20h00 Les Variétés

suivie d’un DÉBAT animé par :

  • Jérôme GAVAUDAN, Bâtonnier du Barreau de Marseille
  • Wilfried MEYNET, Délégué du Bâtonnier, à la Culture et à Marseille-Provence 2013
  • Roger VIGNAUD, Avocat au Barreau de Marseille

en présence des acteurs du film :

  • Jean-Pierre DESCHAMPS, ancien Président de la Cour d’Assises d’Aix,
  • Cécile THIBAULT, Conseiller à la Cour d’Appel d’Aix,
  • Sylvie CANOVAS, Vice-Procureur du TGI de Marseille,
  • Benoit VANDERMAESEN, Vice-Procureur du TGI de Marseille,
  • Sixte UGOLINI, ancien Bâtonnier du Barreau de Marseille.

PLACES EN VENTE DÈS LE 15 MAI EN CAISSE DU CINÉMA

Ce film retrace la reconstitution historique du procès de Gaston Crémieux que des avocats et magistrats professionnels ont accepté de rejouer le 2 décembre 2011 dans la salle du Palais de Justice de Marseille où il a eu lieu 140 ans auparavant avec la complicité du public.

Résumé :

Gaston Crémieux, originaire de Nîmes, avocat de formation, arrive à Marseille en 1862 à une époque où la classe ouvrière subit les excès de la politique libérale de Napoléon III. La misère du peuple émeut Crémieux que l’on surnomme « l’avocat des pauvres ». La Troisième République, proclamée le 4 septembre 1870 à la suite des défaites successives de l’armée française contre les Prussiens, permettra à Gaston Crémieux, républicain avancé, de faire son entrée en politique. En mars 1871, les Républicains à Paris décident de s’opposer au gouvernement de Thiers en proclamant La Commune. Crémieux dont les talents oratoires galvanisent les foules n’hésitent pas à leur emboiter le pas et prend la direction de la Commune de Marseille le 23 mars 1871. L’insurrection est réprimée par les représentants de l’armée versaillaise le 4 avril 1871. Gaston Crémieux est arrêté jugé et condamné à mort le 22 juin 1871 par le Conseil de guerre à l’issue d’un procès inique et fusillé le 30 novembre 1871 au Palais du Pharo. Juif et franc-maçon, Crémieux était le coupable idéal pour expier tous les crimes reprochés par Thiers aux Communards. Victor Hugo ému par l’exécution de ce noble cœur qu’était Gaston Crémieux, écrit dans une lettre adressée à sa veuve que l’histoire rejugera le procès de cette homme mais l’histoire n’a pas refait son procès.

Dans le cadre du 140e anniversaire de la Commune, Roger Vignaud, avocat et historien, auteur de plusieurs livres sur La Commune de Marseille, eut l’idée de procéder à la reconstitution du procès de Gaston Crémieux mais avec des avocats et magistrats professionnels dans les lieux mêmes où Gaston Crémieux avait été condamné. L’idée a séduit le Bâtonnier Jérôme Gavaudan, la Chancellerie qui a donné son accord pour l’utilisation du Palais de Justice mais également de nombreux historiens et militants tous passionnés d’histoire sociale et surtout la société de productions Ponts Bleus Productions qui allait filmer la pièce.