illustration
Ecole de Provence
illustration

Loyola XXI : le spectacle des Secondes

Ce spectacle s’articule autour de 5 tableaux chorégraphiés et musicaux qu’amplifie un support vidéo.

Le 1er tableau est un hommage aux années 20, époque de Teilhard de Chardin.
Un film muet (créé et monté par les élèves, guidés par Amélie Duval et Antoine Aubin) met en scène des échanges via SMS entre Teilhard et Bernadette de Lourdes.
En parallèle, sur scène, une chorégraphie autour du personnage de Teilhard, sur 2 morceaux de musique de Max Raabe (avec sa voix de crooner comme aimait l’époque des années 20).

Le 2ème tableau est essentiellement un tableau de « transition » mettant en valeur le thème des frontières technologique.
La musique douce « Clair de Lune » est petit à petit « piratée » par des sonneries d’Iphone de plus en plus nombreuses qui interviennent de façon simultanée avec l’envoi aux spectateurs de SMS contenant des phrases de Teilhard de Chardin (ces phrases envoyées apparaissant également sur l’écran du fond).

Le 3ème tableau met en scène en fond vidéo 5 jésuites de 4 continents (Amérique du Sud, Afrique, Asie et 2 Europe : Savoie et Pologne) qui s’étaient préalablement filmés en train de danser, pour évoquer la dimension internationale de l’Ordre des jésuites et faire ainsi référence à l’investissement intellectuel des jésuites à travers le monde.
En même temps se déroule une chorégraphie d’une vingtaine de danseuses et deux acteurs jouant les musiciens sur la musique "Highway to Hell" d’ACDC, comme un gigantesque clin d’oeil à la méfiance, voire au rejet, de l’investissement scientifique de Teilhatd de Chardin et à sa suite de nombreux prêtres ou religieux scientifiques, lieu de mission pourtant cher aux jésuites

Le 4ème tableau fait référence à la guerre. Teilhard avait été très fortement marqué par son expérience de la guerre. Ainsi, le fond sonore au début du tableau est l’enregistrement de plusieurs phrases fortes de ses écrits de la Grande Guerre, déclamées par des confirmands.
Le tableau est également composé d’une chorégraphie sur une musique techno. Il se termine par l’audition d’une dernière phrase de Teilhard.
Le fond vidéo est donc emprunté à l’univers de Call of Duty

Le 5ème tableau : Bernadette dit au revoir à Teilhard de Chardin, puis démarre une chorégraphie hip-hop regroupant tous les confirmands sur une musique années 80.
Des textes de Teilhard sur l’Alpha et l’Oméga l’accompagnent