illustration
Ecole de Provence
illustration

Des nouvelles en provenance du Népal

Quelques nouvelles du Népal données par des jésuites qui y résident :

NEPAL : RAPPORT SPECIAL sur les TREMBLEMENTS de TERRE

« 16 jours se sont passés depuis le tremblement de terre dévastateur qui a secoué le VDC de Tipling, ainsi que de nombreux endroits du Nepal. On maîtrise peu à peu la situation. Les gens ont accepté leur sort et commencent maintenant à reconstruire leurs vies et leurs maisons. Les renseignements de première main indiquent qu’il y a 9 quartiers dans ce VDC, avec au total 547 maisons ; plus de 3229 personnes sont affectées par le séisme. 1179 sur ce nombre sont en dehors du village, au travail ou aux études. Il y a eu 9 morts et 11 blessés ; de nombreux animaux ont été tués pendant ce tremblement de terre.

Tous les gens sont sous des tentes de secours, car chaque maison a été secouée et n’est plus utilisable pour y résider. Non seulement les maisons ont été démolies, mais les pistes d’accès conduisant au VDC depuis Dhading Basi et Shebru Besi ont été balayées par les glissements de terrain en différents endroits. La seule possibilité de rejoindre le village est maintenant par hélicoptère, à moins de prendre la route dangereuse des glissements de terrain, ce qui prend autour de deux ou trois jours ; et porter le matériel utile est presque impossible.

Neuf jours après le séisme, le P. Samuel Simick, après de nombreux essais et l’aide de nombreux amis, a réussi à rejoindre la Mission. Jusque là, le P. Norbert D’Souza, aidé de quelques amis, avait recueilli les informations et avait pu sauver beaucoup de choses utiles de la communauté et des gens. Il est passé dans les 9 quartiers pour s’informer et aider les victimes. Il est allé dans différents villages avec notre équipe santé mobile, pour secourir les blessés. Une tente de secours a été montée hier pour les jésuites de Tipling : il n’y a aucune chance de pouvoir rester dans la vielle résidence louée des jésuites. Et les prêtres sont occupés à aider les gens de diverses manières.

Le temps est encore froid et humide. Il pleut presque chaque soir. Les tentes peuvent tenir, au mieux, quelques mois (espérons-le). La saison des pluies approche. Elle dure jusqu’à octobre dans cette région ; nous avons donc besoin d’abris temporaires qui résistent aux fortes pluies et à la grêle occasionnelle. Reconstruire les maisons ne va pas être possible une fois la saison des pluies commencée. Les choses n’avancent pas aussi aisément par ici que dans d’autres endroits. Nous n’avons pas d’ingénieurs, de maçons, de manœuvres, ni de matériaux de construction.

Les réserves de nourriture diminuent ! Les boutiques qui en conservaient sont vides ; les pistes qui apportaient la marchandise à dos de mule n’existent plus. Les gens essaient de trouver tout ce qu’ils peuvent. Les secours fournis ne suffisent pas. Un voyage d’hélicoptère -un gros- peut apporter environ 2000 kilos ; un plus petit seulement autour de 400 kilos. Le gouvernement paie pour le gros hélicoptère mais les plus petits sont des hélicoptères de secours et parfois loués par des personnes privées, et peuvent coûter de 80.000 à 150.000 roupies népalaises (785 à 1470 dollars). Quelques organisations ont fourni de la nourriture, mais elles ne pouvaient l’apporter que jusqu’au point où des véhicules pouvaient accéder. Des villageois sont allés chercher et rapporter la nourriture. Mais les gens ne pouvaient porter qu’une petite quantité, et toutes les familles ne pouvaient pas aller en chercher parce qu’ils étaient pris par leurs propres travaux, de réparation de leur maison démolie, de soin des animaux, de culture, etc.

Nous avons besoin de toute l’aide possible, immédiatement.

Sincèrement vôtre dans le Christ Jésus,

Samuel Simick, s.j.

=====

« Il y a eu cet après-midi (12 mai), autour de 12 h 55, un autre tremblement de terre, de magnitude 7.3. Selon les informations reçues jusqu’ici, 35 personnes ont été tuées, et plus de 1000 blessées, par suite du séisme. Au moins quatre personnes sont mortes à Chautara, dans le district de Sindhupalchok, au nord de la capitale Katmandu, après l’effondrement de plusieurs édifices. Le US Geological Survey dit que le centre du séisme était à 68 km à l’ouest de la ville de Namche Bazar, près du Mont Everest. On a senti la secousse jusqu’à New Delhi et Dhaka. Les gens de Katmandu, pris de panique après le séisme du 25 avril, se sont précipités dehors. On voyait des parents serrant étroitement leurs enfants et des centaines de personnes essayaient d’appeler des membres de leur famille sur leur portable. Les commerçants fermaient leur boutique et les rues étaient pleines de gens courant pour rejoindre leur famille.

Ce nouveau séisme a engendré cette fois encore l’incertitude et la peur dans les esprits. La vie commençait juste à reprendre, après les secousses du mois dernier qui ont tué plus de 8.000 personnes et blessé près de 18.000. Les établissements scolaires devaient rouvrir à la fin de cette semaine. Les gens avaient commencé à revenir dans leur maison. Mais avec ce nouveau tremblement de terre, on les voit, dans la capitale, dresser des tentes de secours à nouveau.

Jusqu’à maintenant, tous sont sains et saufs dans nos institutions. Nous attendons d’avoir plus de nouvelles. »

Jomon Jose Kanniattukunnel, s.j.

  • Le village de Langtang après le séisme